AZROU ET MIDDELT : LE MOYEN ATLAS

La route pour Azrou, nous fait découvrir des paysages enneigés.

dscf3208

Nous sommes ralentis par un camion qui est tombé sur le bas côté, heureusement sans mal, car nous l’avons retrouvé plus tard sur la route.

dscf3204

Le long de la Forêt de cèdres près d’Azrou, nous découvrons « les magots », ces familles de singes qui ont perdu leur vie sauvage et qui quémandent de la nourriture auprès des touristes et ce font ainsi commercialisés.

Des dizaines et des dizaines de chiens, sont également en bord de route, car ils savent que les camionneurs leur jettent du pain.

Nous passons juste une nuit à Azrou et repartons tout aussitôt le lendemain matin, afin d’éviter d’éventuelles barrières de neige.

La route jusque Middelt est très belle !

 

Une halte au camping municipal d’Afid  ( 5 euros la nuitée  ), nous amène à faire deux très belle randonnée en quad.

L’une à la découverte des montagnes,

dscf3241

( un lavoir )

et l’autre dans la région minière.

Dans le cadre de l’exploitation des richesses de la région. Une Société française appelée « Penaroya », exploitait les deux mines de plomb,e situées à 15 km et à 25 km de Midelt. Celles-ci employaient plus de 1 500 ouvriers, encadrées exclusivement par des Français. Le plomb extrait était acheminé par camions directement vers le port de Casablanca pour exportation.
Afin d’exploiter ses mines, la société avait construit en 1928, au Ksar Filou, l’une des premières centrales électriques du Maroc. Cette centrale hydraulique alimentait en électricité aussi bien le village que les mines, grâce au barrage de retenue du Ksar Tataouine situé au pied même du djebel Ayachi. Ce barrage permettait d’alimenter en eau le barrage de Filou qui, lui, projetait l’eau sur les turbines de la centrale hydraulique électrique. ( wikipedia )

Cette société, à fait faillite, et les villages, sont à présents des villages fantômes, où quelques hommes prennent encore des risques à aller ramasser minéraux et fossiles, pour les revendre.

Grâce à Afid, nous réservons un bivouac en dromadaire. Il nous amène également à un magasin où l’on peut acheter du vin et des alcools. Grand est notre étonnement de voir le nombre de marocains, en acheter ! Afid nous explique que le Coran permet de boire de l’alcool pour autant que tu ne dérange personne ……….

C’est une région magnifique,tout comme celle qui nous attend !

A nous le désert du Sahara !

A bientôt amis blogueurs !

Meknes et ses charmeurs de serpents

 

Meknes est l’endroit où j’ai fait la chose la plus étonnante de ma vie !

Je me suis laissé charmer par un serpent !

Après avoir garé Pépère près de la cité Impériale et avoir négocier le parking pour pouvoir y rester une nuit où deux, nous nous rendons sur la place El-Hedime qui longent les remparts de la ville ( 43 km de long ).

Nous sommes éblouit par cette esplanade grouillant de monde, d’artistes de toutes sortes, dont les charmeurs de serpents….. Et je me laisse envoûté, d’abord peu rassurée, mais ensuite séduite par la douceur de l’animal.

dscf3142

Après cela, nous nous rendons dans le petit souk avoisinant, pour y faire le plein d’olives, d’épices, de délicieux gâteaux !

Autan certains étals sont un réel plaisir pour les yeux, autant, les étals de viande sont difficile à supporter, mais c’est cela aussi le Maroc !

dscf3145

Nous décidons aussi d’aller visiter Volubilis à 20 km de Meknes.

dscf3158

Ces ruines romaines aux joli nom de fleur, nous évoque un lointain passé avec son capitole, son arc de triomphe de caracalla , ses thermes, sa basilique et son artère principale bordée de « villas » aux précieuses mosaique.

dscf3171

dscf3173

dscf3182

Ce site est tout de même très grand et me fait ressentir les mêmes émotions qu’à Pompéi par sa planification qui nous emmène à travers la réalité de cette ancienne ville du néolithique.

A bientôt sur la route du moyen Atlas amis blogueurs !

 

 

 

 

 

 

 

Fes et ses tanneries de Chawara

La route qui nous mène à Fes nous invite encore et encore à découvrir le courage de ce peuple marocain.

Toujours sur les routes, à transporter leur labeur, ou à mener leurs troupeaux de moutons.

Même si parfois le sommeil me gagne en roulant, il y a tellement de choses à découvrir que je m’empêche de fermer les yeux.

Nous choisissons le camping « le diamant vert » pour nous poser.

De là, nous prenons la direction de Sefrou pour y admirer la cascade.

Nous y faisons une jolie rencontre, un jeune couple de marocain impressionné par le quad et fier de faire des photos pour leurs  amis.

Après cela, direction Fes et sa médina. Vous me direz encore ! Oui ! D’un autre côté, tout tourne dans ce pays autour des médinas et des souks ! C’est véritablement des gens de commerce !

 

Cela, nous permet également d’admirer la grande mosquée, mais de l’extérieur, car n’étant pas musulmans nous ne pouvons y entrer.

Un arrêt repas s’impose. Quelques brochettes, de la salade des frites, du pain et de la sauce tomate le tout pour la modique somme de 8 euros pour nous deux ! De la folie !

dscf3070

Un petit tour dans la ville nouvelle, nous amène devant le palais royal, mais  me donne une soudaine envie de hammam en découvrant les vitrines de salons d’esthétiques .

Je me renseigne et je prends rendez-vous pour le lendemain….

Comment vous dire. Rien à voir avec nos hammams !

Je rentre dans une pièce à peine plus grande que la table de massage. La pièce est humide, mais sans plus. La masseuse est en maillot, enfin, plutôt un grand legging et un t-shirt.

Je profite pleinement d’un soin des cheveux, de plusieurs soins du corps avec gommage et passage au gant qui me laisse une peau de bébé. Le tout sous un jet de douche des plus agréables.

Je ressors de là, revigorée et en pleine forme. De nouveau, le prix est  impressionnant pour 1h00 et demi de travail seulement 10 euros.

Une visite à la médina s’impose, car nous voulons découvrir les célèbres tanneries de Charwara.

Et de fait, c’est absolument incroyable !

On nous donne avant d’entrer des feuilles de menthe à respirer pour supporter les odeurs. Elles sont bien nécessaires !

C’est gigantesque ! On nous emmène sur les toits pour avoir une vue d’ensemble.

Des bacs pour ramollir le cuir avec de la fiente d’oiseau, des bacs pour les différentes teintures et les hommes qui piétinent le tout de leur pied nus ! Les courageux !

Nous qui avions envie de babouches, et bien c’est le moment ! Divine, douce au pieds et climatisées s-v-p

Quel courage et quelle beauté!

La prochaine destination, sera Meknes et ses environs.

A bientôt amis Blogueurs !

 

 

 

 

CHEFCHAOUEN : LA VILLE BLEUE

Tout de suite, Chefchaouen me semble plus abordable que Tetouan.

La ville,qui brille de mille bleus , s’adosse entre deux montagnes en forme de corne.

Nous cherchons un endroit où poser Pépère, que nous trouvons sur les hauteurs de la ville, sur laquelle, nous avons une vue imprenable .

dscf2910

Nous sommes très bien accueillis par les marocains qui nous aperçoivent comme des extra-terrestres.

Nous commençons tout de suite, par la visite de la médina qui n’est en rien comparable à celle de Tetouan .

Des ruelles pittoresques bordées de maison blanches et bleues nous offrent une palette de bleus qui va du plus pâle au plus foncé

La médina, est remplie d’ateliers où l’on tisse les étoffes, servant à la fabrication des « foutas » que les femmes berbères mettent au-dessus de leur jupes, de djellabas, et je me laisse tenter par un joli chapeau également porté par les femmes berbères.

dscf2937

Nous prenons plaisir à prendre un jus d’orange frais sur la place Uta el Hammam au cœur de la médina et à admirer les passants ont ne peut plus authentiques de ce Maroc haut en couleurs.

dscf2918

Le lendemain, nous sortons le quad pour une ballade à travers la chaîne du rif qui nous conduit au littoral méditerranéens . Cette route, traverse de nombreux village Berbères , et nous permet de prendre conscience du courage de ce peuple.

Les femmes font leur lessive dans la rivière, et font sécher leur linge sur les arbustes . après, elle le transporte pendant des km sur leur dos ou pour les plus chanceuses à dos d’âne.

Les ânes, on en voit partout au bord de la route, à attendre leur chargement.

Les hommes quand à eux labourent les champs avec une charrue tirée par des bêtes .

Tout au long de notre route, nous recevons des signes, des sourires d’étonnements qui nous font chaud au cœur.

 

 

 

Prochaine étape, Fes !

A bientôt amis blogueurs !

 

 

 

TETOUAN ET NOS PREMIERS JOURS AU MAROC

Prêts pour la visite de notre première médina, celle de Tétouan.

Seuls ou accompagnés d’un guide.

A peine entrés dans la ville, qu’un marocain très chic nous aborde dans un français parfait et commence à nous parler fort aimablement en nous donnant quelques indications historiques et culturelles.

Tétouan est une ville hispano-mauresque ou l’on parle volontiers l’espagnol et le français.

Ce monsieur nous renseigne l’office du tourisme, auquel nous nous rendons volontiers en flânant dans les rues.

Une fois arrivés, nous demandons un plan et quelques renseignements pour visiter la Médina. Et à notre plus grande surprise apparaît notre charmant Monsieur qui se présente à nous en tant que Secrétaire général et guide officiel.

Il nous propose la visite de la Médina pour 200 dirhams ( 20 euros ) ce que nous acceptons volontiers après avoir déguster un somptueux repas non loin de là .

 

La médina, nous permet d’apprécier le travail des petits artisans.

Mais également son architecture, ou l’on découvre des maisons blanchies à la chaux, rehaussées de céramiques traditionnelles. Les murs extérieurs sont percés d’imposantes portes de bois.

On peut également y découvrir certaines coutumes, comme cette caisse porteuse, prévue pour porter les jeunes filles le jour du mariage de leur maison vers leur belle famille.

Rassurez-vous, il y en a de toutes les grandeurs!

A l’est de la médina, le quartier juif, ou mellah nous permet de visiter son unique synagogue ou l’on y voit la Torah qui est, selon la tradition du judaïsme, l’enseignement divin transmis par Moïse  au travers de ses cinq livres ainsi que l’ensemble des enseignements qui en découlent. ( wikipedia ).

A l’extérieur de la Médina, le palais Royal.

Cette visite nous aura ravie par ses curiosités et notre étonnement face à une culture qui nous est totalement méconnue. Seules les odeurs parfois nauséabondes, ( poules, tanneries, …. ) sont parfois difficile à supporter pour nous européens, trop habitués au « parfait »!

A bientôt amis blogueurs sur la route de Chefchaouen!

AUX PORTES DU MAROC

Et oui, un grand saut depuis mon dernier article où nous étions encore  au Portugal.

Nous avons quitté ce pays et traversé l’Espagne en une traite, sous un ciel bas et lourd, agrémenté d’un petit crachin venant tout droit de Belgique!

Nous avions par ailleurs, déjà visité cette région début de l’année, mais nous avons fait juste une petite étape à Jerez de la Frontera que nous n’avions pas pris le temps de voir.

Arrivés à Algéciras, nous allons directement à l’agence de voyage « Normandie » conseillée par le « guide Maroc des aires et camping » qui nous fait le billet à  220 euros  aller retour au lieu de 237 euros. Elle est située sur le zoning commercial de Palmones, ou nous passons également la nuit au milieu d’autres camping-cars ( mais bien moins que ce que j’aurais pu penser !).

dscf2792

Le lendemain, nous faisons les derniers préparatifs ( photocopies de tous les papiers, plein, vidange, courses, …. ) avant la traversée prévue à 14h00. Le tout avec un mélange d’excitation, de stress, et de joie!

Nous allons au port d’Algéciras pour y trouver du change, et nous adressons à une petite agence de pur Marocains qui nous le font à un taux bien plus intéressant qu’à l’agence de voyage à savoir 10.50 dirhams pour 1 euro contre 10,20.D’autre part, ils nous annoncent le prix de notre billet à 160 euros. A n’y rien comprendre. Peut-on leur faire confiance? Nous allons nous renseigner.

Une fois prêts, nous prenons la direction du bateau ( il est à tout casser 11h00 pour le départ à 14h00 hihi ) et nous sommes les deuxièmes dans la file derrière un charmant couple de Marocains qui nous donnent pleins d’informations quant aux us et coutumes de leur pays.

A 14h00 comme prévu, nous embarquons Pépère dans les soutes du bateau. Pas une mince affaire car il faut tourner Pépère dans le bateau, heureusement, les bateliers nous ont bien aidé.

Et Pépère se trouve être le seul camping-car, tout comme nous les seuls touristes sur le bateau!

Nous arrivons à tanger-med 1h30 plus tard après une calme traversée.

Et là, tout devient compliqué !

Plus d’une heure de paperasserie entre la douane, le contrôle des véhicules et de nos passeports! Vérifications intempestives, chiens renifleurs, mais le tout dans le respect et la gentillesse.

Même chose pour obtenir une carte sim marocaine, ( comme je fait dans chaque pays ). L’achat de la  puce je la fait auprès d’un monsieur seul et la recharge auprès du banquier. Après encore une heure de palabre, j’obtient ce que je veux . 5 gigas pour 10 euros. Encore mieux qu’au Portugal.

Mon chéri, décide de prendre la direction de Ceuta. Pourquoi, je ne sais pas encore!

Et là, difficile de trouver une place sécurisée pour la nuit. Voir impossible puisque nous nous garons près d’immeubles le long de la mer.

Bien entendu, nous sommes tout de suite assaillis par un drogué qui nous réclame de l’argent. Nous passons une première nuit un peu mouvementée et prenons le lendemain matin le direction de Tetouan.

Les mosquées, les dromadaires, les cigognes nous accompagnent, mais nous devons également bien faire attention à la route ou les hommes circulent aléatoirement et  ou les taxis s’arrêtent à tout bout de champs!

Nous allons directement au seul camping situé prés de Tetouan, à Martil , le camping « Alboustane ». 10 euros pour y passer la nuit, mais pour une fois, nous décidons de choisir cette option. En tout cas, il est très propre!

Première journée, premier souk. Le choc! Je n’avais jamais vu cela. Les seuls touristes, parmi toutes ces échoppes, pour ma part les plus douteuses les unes que les autres, les poules vivantes prêtent à l’emploi, des chats de tous les côtés, la terre battue  jonchée de déchets, les odeurs fétides et nauséabondes, ……

Mais malgré cela, je prends sur moi et je fais mes achats tant bien que mal.

Je voulais du dépaysement et bien me voilà dépaysée!

L’avantage bien sûr, c’est le prix ( 600g de steak et 500g de filet de poulet pour 1 euros ) et le délicieux repas que nous avons dégusté le soir ( filets de poulets aux carottes, courgettes, patates douces, citron confit, olives et pois chiches ) Huuuum, un régal!

Notre nuit au camping fut calme, mais quand même agrémentée, par les miaulements des chats, le chant du coq, et les prières matinales, qui telles une sirène de pompier fracasse à l’aube le silence de la nuit!

Aujourd’hui, visite de Tetouan.

A bientôt amis blogueurs!

 

 

EN ROUTE VERS LE MAROC EN PASSANT PAR FATIMA,BATALHA,OBIDOS,NAZARE.

Cette fois, la route nous amène jusque Nazaré, jolie et très pittoresque station du Portugal. Cette plage, est une des plus typiques du Portugal, à 100 km de Lisbonne, et 230 km de Porto.

Nous avons choisi cette ville car elle est le centre de nos prochaines  visites.

A la recherche d’un stationnement pour Pépère, nous apercevons, alors que tous les panneaux disent que c’est interdit au camping-cars, un vaste parking où des compatriotes de voyage se sont posés ! Partout où nous allons hors saison, les emplacements s’offrent à nous sans aucunes difficultés et gratuits par la même occasion.

Nous bénéficions,  en outre, et ce à quelques mètres de nous du Marché Municipal, qui noua somptueusement nourris pendant notre séjour, et nous a sublimé avec ses fruits, légumes, poissons, et autres bonnes choses. Les commerçants y sont des plus gentils, et ils savent que c’est leur fonds de commerce. La gentillesse fait que les files s’allongent. Nous y avons rencontrés deux charmantes poissonnières qui ont fait le bonheur de nos papilles

Cette ville allie traditions et modernisme. On y voit encore des dames habillées tout naturellement de leur costume portugaise et le poisson sécher à la traditionnelle.

La vieille ville se situe en haut de la gigantesque falaise, alors que la nouvelle longe la Baie.

De là, nous sommes partis visiter Fatima. Lieu de pèlerinage bien plus récent que Lourdes puisque il fêtera son centenaire en 2017.

Bien plus grand et moderne que Lourdes, mais pour nous nettement moins rempli d’émotions, même s’il est étonnant de voir traverser le sanctuaire à genoux par quelques pèlerins.

Au retour de Fatima, nous nous arrêtons à Batalha, passage obligés pour découvrir son Monastère de Santa Maria Da Victoria. Symbole de la victoire des Portugais sur les Castillans en 1385. Un vrai chef-d’œuvre du Gothique Portugais ! Sa construction a pris 200 ans.

Dernière visite avant le départ, Obidos, où nous parcourons les rues au tracé médiéval.

Au détour d’une ruelle nous assistons à un tournage Bollywoodiens ! Et oui, vrai de vrai ! Avec les deux stars indiennes et les figurants qui nous refont la scène une vingtaine de fois ! Trop drôle ! Quelques pas après, nous apercevons toutes sortes de décors, far West et autres…. Il semble que ce Bourg aux allures Gothiques, Renaissances, et Baroques soit également le lieux de prédilection pour les tournages.

Nous quittons Nazaré, sans avoir auparavant fait le plein du frigo dans ce splendide Marché Municipal !

 

A bientôt amis Bloggeurs !

 

 

EN ROUTE VERS LE MAROC EN PASSANT PAR PORTO

La ville de Porto, s’offre à nous mais pour arriver au point de stationnement des campings-car, nous sommes obligés de traverser son centre ville , et avec un convoi de 13m, ce n’est pas une simple affaire!

Surtout que le Portugal, est constitué de » montagnes russes », et qu’il faut savoir jongler entre les montées et les descentes sans rien arracher !

D’un côté du Fleuve le Douro on a Porto et de l’ autre côté Villa Nova De Gaia et c’est bien là qu’est fabriqué le Porto .

Nous amenons Pépère de ce côté là et profitons d’une superbe vue sur le Douro.

dscf2706

C’est le ponte Luis I qui relie Porto à Villa Nova De Gaia.

Porto est impressionnant par ses bâtiments d’architecture variée. On y retrouve aussi bien du baroque, du médiéval,du néoclassique, que de l’art nouveau.

Les carrelages sont omniprésents sur les façades, surtout des plus anciennes maisons.

Et les quartiers sont on ne peut plus typiques .

Le plus typique sont leurs tramways qui déambulent gaiement à travers les rues de la ville

dscf2677

Nous ne quittons pas la ville sans avoir dégusté de délicieux cocktails ….. au Porto bien entendu !

A bientôt amis Bloggeurs !

 

EN ROUTE VERS LE MAROC EN PASSANT PAR AMARANTE ( PORTUGAL )

Arrivés au Portugal, nous traversons la serra do Mario vers Amarante, très jolie ville du nord du Portugal.

Nous sommes le 1er novembre, la fête de tous les Saints et l’église de Sao Pedro est pleine de monde. Cette église, est flamboyante, et nous assistons à une jolie messe ponctuée de très beau chant par une chorale. La sonorité des chants Portuguais se marie si bien avec le lieu!

 

Quel bonheur de tomber sur tous ces lieux enchanteurs, de visiter à notre guise même si cela est parfois un peu fatiguant.

Faire de l’itinérant est une vie passionnante, mais il faut doser les visites, pour ne pas en être dégoûtés.

Notre prochaine étape sera la ville de porto, et ensuite Fatima. Ensuite queques jours de repos à Nazare où nous irons fêter mon anniversaire au bord de la mer!

A bi

EN ROUTE VERS LE MAROC EN PASSANT PAR DONOSTRIA SAN SEBASTIAN ET BILBAO

Après avoir quitté le sol Français, nous voici dans la nord de l’Espagne et nous posons Pépère sur l’aire de camping-car officielle de Donostria San Sebastian à défaut de mieux.

Tout ce que nous n’aimons pas, car les campings-car, sont serrés comme des sardines dans leur boite! Heureusement, la borne payante est en panne, et nous économisons 3 euros!

Mais nous faisons dans cette jolie ville fort animée, une rencontre fortuite d’une de nos anciennes équipières de chez Tupperware!

Dans cette partie de l’Espagne, les 2 langues sont utilisées, le Basque et l’Espagnol.

D’où Donostia pour le Basque et San Sebastian pour l’Espagnol.

Toutefois, le Basque n’a rien de Français, ni d’Espagnol, on dirait plutôt du Grec, bizarre …..

Petite mésaventure sur la ville, nous avons un tout petit peu mal garé le quad , ……, et hop, nous avons du aller le rechercher à la fourrière pour la modique somme de 124 euros et une grosse demi-heure de marche.

San Sébastien est surtout connue par sa magnifique baie, l’un des plus beau site maritime d’Espagne, la baie de la Concha.

Malheureusement, le temps est à la brume et les photos difficiles à faire.

 

La ville est également connue pour ses tapas, les meilleures de l’Espagne, qui sont effectivement excellentes!

Nous continuons notre route sur Bilbao ou nous trouvons un emplacement sur un parking , près d’un fort surplombant le port de Bilbao. La vue y est magnifique quand le brouillard veut bien se lever.

Le musée de Guggenheim, est à voir bien entendu ne fut ce que de l’extérieur, car il révèle une architecture contemporaine, composée de pierre, de verre, et de titane.

dscf2616

Et voici Puppy, créé par koons , que nous avons vu sans ces fleurs mais qui devait être magnifique, comme on peut le voir sous la photo ci-dessous!

« Le West Highland Terrier géant avec sa livrée de plantes en fleur combine l’iconographie la plus édulcorée — fleurs et mascottes — dans un monument au sentimentalisme. Sa taille imposante, fermement contenue et en même temps, échappant à tout contrôle apparent (l’animal continue de grandir, au sens littéral et au figuré), et la juxtaposition de références élitistes et de la culture populaire (l’art de sculpter des arbustes et l’élevage de chiens, la céramique décorative et les cartes de vœux), peuvent être interprétées comme une analogie de la culture contemporaine. Koons a irrévocablement cherché, avec cette sculpture publique, à attirer, à inspirer l’optimisme et à transmettre, selon ses propres mots, « confiance et sécurité ». Puppy, gardien majestueux et robuste des portes du Musée, remplit les spectateurs d’admiration et de joie. »

Jeff Koons

D’autres vues de Bilbao

 

 

Rendez-vous au Portugal, pour le prochain article.

A bientôt amis Bloggeurs

PS: Mettez moi de temps en temps un petit commentaires. Cela me ferait plaisir! Je vois que vous êtes nombreux à me lire, alors manifestez-vous!